Alliance Française contre les Maladies Parasitaires


 

La seconde édition de l'atelier de bio-informatique ParaFrap a débuté cette semaine à Montpellier. Ce workshop est organisé par le Pr. Patrick Bastien, coordinateur scientifique et coordinateur du programme doctoral ParaFrap, et le Pr. David Roos de l'équipe rénommée « the Eukaryotic Pathogens DataBase » 'EuPathDB', reconnue internationnalement pour la qualité de ses formations sur les outils de bioinformatique.

Le programme de l'atelier est disponible ici : pdf2nd_ParaFrap_Bioinfo_Workshop_2017

Suivez l'actualité du workshop sur twitter :

TwitterEupathdb     TwitterParaFrap      

 

Des molécules qui ciblent à la fois l’infection et la transmission du paludisme... Parce qu’elles sont liées à un stéroïde, de nouvelles molécules dérivées des ortho-aminocrésols, déjà connus pour leur action antipaludique, se révèlent plus efficaces pour tuer le parasite chez l’hôte infecté, mais aussi pour bloquer sa transmission. Ces travaux parus dans la revue Nature Communications sont le fruit d’une collaboration pluridisciplinaire et internationale* menée par des chercheurs allemands (universités de Jena et Giessen) et français membres de ParaFrap (Elisabeth Davioud-Charvet - Laboratoire de chimie moléculaire, Institut de biologie moléculaire et cellulaire CNRS avec la collaboration du laboratoire de Stéphanie Blandin - Inserm "Réponse immunitaire chez le moustique anophèle vecteur du paludisme" de Strasbourg). Ces travaux montrent que pour leur survie, les parasites responsables du paludisme et de la toxoplasmose dépendent de mécanismes hérités du monde végétal. Cette découverte représente une avancée majeure pour le développement de nouvelles cibles thérapeutiques contre ces parasites aux conséquences majeures en santé publique.

Ces travaux ont fait l’objet de nombreux communiqués de presse, que vous pouvez retrouver ICI.

Référence :

Arylmethylamino steroids as antiparasitic agents. Krieg, R., E. Jortzik, A. A. Goetz, S. Blandin, S. Wittlin, M. Elhabiri, M. Rahbari, S. Nuryyeva, K. Voigt, H. M. Dahse, A. Brakhage, S. Beckmann, T. Quack, C. G. Grevelding, A. B. Pinkerton, B. Schonecker, J. Burrows, E. Davioud-Charvet, S. Rahlfs and K. Becker (2017).  Nat Commun 8: 14478. Link

Plasmodium falciparum, l'agent du paludisme, et Toxoplasma sont des parasites intracellulaires obligatoires, qui représentent une menace majeure pour la santé mondiale. Ils infectent des centaines de millions de personnes par an, ce qui conduit à une mortalité élevée, surtout celle des enfants. Une équipe internationale coordonnée par Mohamed-Ali Hakimi, membre ParaFrap, à l’Institut pour l'avancée des biosciences, et incluant des chercheurs de l’EMBL-Grenoble et de la société ANACOR pharmaceutical, a découvert une nouvelle molécule, AN3661, qui stoppe la prolifération des parasites. La molécule permet une guérison complète de souris infectées par Toxoplasma. Cette étude a été publiée le 1er février 2017 dans la revue EMBO Molecular Medicine.

Ces travaux ont fait l’objet de nombreux communiqués de presse, que vous pouvez retrouver ICI.

Référence :

Targeting Toxoplasma gondii CPSF3 as a new approach to control toxoplasmosis. Palencia, A., A. Bougdour, M. P. Brenier-Pinchart, B. Touquet, R. L. Bertini, C. Sensi, G. Gay, J. Vollaire, V. Josserand, E. Easom, Y. R. Freund, H. Pelloux, P. J. Rosenthal, S. Cusack and M. A. Hakimi (2017).  EMBO Mol Med [9.5]. Link

Katharina Ehrhardt, postdoc de la première promotion ParaFrap (2014-2016) dans l'équipe de Stéphanie Blandin, a reçu le Prix spécial du jury 2017 de l’Université Franco-Allemande (UFA). Ce prix récompense les meilleurs travaux de recherche effectués dans le cadre d’une cotutelle de thèse ou/et d’un collège doctoral franco-allemand soutenu par l’UFA.

Le Dr Katharina Ehrhardt a été récompensée pour sa thèse « 3-benzyl-menadiones redox comme nouveaux agents antipaludiques : Etudes sur les relations structure-activité, activité antiparasitaire et mécanisme d'action » effectuée entre l’Université de Strasbourg et la Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg, sous la direction du Dr Elisabeth Davioud-Charvet, partenaire ParaFrap. Félicitations !

© Jacek Ruta

Madame Elisabeth Davioud-Charvet, directrice de thèse de Madame Ehrhardt,
Madame Katharina Ehrhardt et Madame Patricia Oster-Stierle, Présidente de l’UFA

Sources : www.dfh-ufa.org (Détails des prix et lauréats / Cérémonie de remise des prix)

 

L’équipe Apicolipid, membre de ParaFrap (Institute for Advanced Biosciences, CNRS/Inserm/ Université Grenoble Alpes), associée à des chercheurs de l’université de Melbourne, vient de publier deux études dans les revues Cell Microbiology et PLOS Pathogens. Ces travaux montrent que pour leur survie, les parasites responsables du paludisme et de la toxoplasmose dépendent de mécanismes hérités du monde végétal. Cette découverte représente une avancée majeure pour le développement de nouvelles cibles thérapeutiques contre ces parasites aux conséquences majeures en santé publique.

Ces travaux ont fait l’objet de nombreux communiqués de presse, que vous pouvez retrouver ICI.

Références :

Characterization of the Plasmodium falciparum and P. berghei glycerol 3-phosphate acyltransferase involved in FASII fatty acid utilization in the malaria parasite apicoplast, Shears MJ, MacRae JI, Mollard V, Goodman CD, Sturm A, Orchard LM, Llinás M, McConville MJ, Botté CY*, McFadden GI*. Cell Microbiology, 20 juin 2016. Link

Apicoplast-localized lysophosphatidic acid precursor assembly is required for bulk phospholipid synthesis in Toxoplasma gondii and relies on an algal/plant-like glycerol 3-phosphate acyltransferase, Amiar S, MacRae JI, Callahan DL, van Dooren GG, Shears MJ, Dubois D, Cesbron-Delauw MF, Maréchal E, McConville MJ, McFadden GI, Yamaryo-Botté Y*, Botté CY*. PLOS Pathogens, 4 août 2016. Link