Alliance Française contre les Maladies Parasitaires


Coordinateurs : Stéphanie Blandin et Nicolas Blanchard
Participants : Blandin, Delauw, Blanchard, Pied, Mazier, Silvie, Scherf/Mecheri


Nous étudierons les mécanismes de l'immunité protectrice chez l'hôte et vecteur infectés par les parasites. En ce qui concerne le vecteur, nous nous concentrerons sur la réponse innée et nous étudierons les mécanismes de l'activation de la cascade du Plasmodium chez les Anophèles gambiae, vecteur du paludisme africain. Chez les mammifères hôtes, nous étudierons la compartimentation spatiale et temporelle des antigènes du parasite en modulant la réponse CD8 qui affecte la résistance d'un hôte mammifère à Toxoplasma gondii et aux stades hépatiques de P. berghei. Ce travail contribuera à une meilleure compréhension des mécanismes de l'immunité et peuvent révéler de nouvelles stratégies pour la conception du vaccin.

a. Mécanismes de l'immunité antiparasitaire

Nous étudierons les mécanismes immunitaires innés qui sont provoqués par le parasite Plasmodium au sein d'une population donnée du vecteur africain le plus répandu, l'Anopheles gambiae. De plus, TEP1 (Telomerase protein component 1), est l'un des acteurs clés qui déterminent la résistance des moustiques aux parasites du paludisme. Notre objectif est de décrypter les mécanismes moléculaires de TEP1 et de ses partenaires qui sont à l'origine de la résistance au paludisme chez certains moustiques. Pour cette raison, nous analyserons par séquençage la contribution du gène candidat TEP1 ainsi que ses partenaires qui sont à l'origine de la résistance au paludisme chez certains moustiques.
Chez l'hôte mammifère, les parasites protozoaires sécrètent de nombreux effecteurs dans la vacuole parasitophore dont certains atteignent la voie du complexe majeur d'histocompatibilité I (CMH I) et sont ciblés par la réponse lymphocytaire CD8 +.
Comment la modulation de la réponse des lymphocytes T CD8 + par compartimentation spatiale et temporelle des antigènes du parasite affecte la résistance de l'hôte à Toxoplasma gondii d'une part et les différentes étapes hépatiques de Plasmodium d'autre part ?
L'analyse comparative des deux systèmes d'infection permettra d'identifier les mécanismes conservés qui sont à l'origine de l'évasion parasitaire et la sensibilité des hôtes au paludisme et à la toxoplasmose. Ce module contribuera à une meilleure compréhension des mécanismes de l'immunité et pourra révéler de nouvelles stratégies pour la conception d'un vaccin.

b. Mécanismes de la pathogenèse


Le paludisme cérébral ou neuropaludisme, est l'une des complications les plus graves de paludisme. Il se caractérise par la séquestration des hématies parasitées et des leucocytes dans les capillaires cérébraux. Des modèles de rongeurs expérimentaux atteints de neuropaludisme ont suggéré que les lymphocytes T CD8 + et les neutrophiles exprimant à leur surface les composants du récepteur de haute affinité pour les IgE peuvent contribuer aux physiopathologie du paludisme cérébral. Chez des souris sensibles au parasite, les épitopes reconnus par les cellules T CD8 +, sont encore mal connus. En utilisant la technique de clonage d'expression dans un modèle expérimental établi pour le paludisme cérébral (P. berghei ANKA chez des souris sensibles), nous identifierons les antigènes parasitaires reconnus par les cellules T CD8 + au cours de la maladie. En outre, nous analyserons les composantes moléculaires et cellulaires qui modulent l'expression de FceRI sur les neutrophiles au cours de l'infection et nous étudierons les mécanismes conduisant à l'adhésion des neutrophiles FceRI positif à la vascularisation cérébrale. Le paludisme grave est très répandu dans l'Est de l'Inde, où les caractéristiques cliniques et ethniques sont différentes de la population africaine largement étudiée. Pour identifier la signature immunitaire associée à la protection contre le paludisme à P. falciparum, nous étudierons l'association pangénomique liée aux caractéristiques cliniques et aux réponses immunitaires utilisant des approches transcriptomiques, génomiques et protéomiques. Grâce à l'analyse transcriptomique, des isolats de terrain de P. falciparum, nous avons précédemment défini un ensemble de gènes parasitaires candidats associés à P. falciparum. Nous étudierons le rôle de ces molécules dans le neuropaludsime en utilisant in vitro des cellules endothéliales endommagéesd'une part et un nouveau modèle de souris humanisé conçu spécifiquement pour l'analyse in vivo de P. falciparum.