Alliance Française contre les Maladies Parasitaires


 
ParaFrap vise à créer des liens inter-institutionnels et scientifiques à long terme par l'intermédiaire de programmes de recherche et de formations communs afin d'amplifier les échanges avec les laboratoires des régions endémiques en Afrique, Inde et Amérique Latine.De plus, le réseau qui sera créer, représentera une initiative unique au monde et va participer à l'attractivité de la France vis-vis des jeunes talents chercheurs mais aussi vis-à-vis des entreprises dans le domaine pharmaceutique. De nombreuses collaborations avec des partenaires industriels stimuleront l'innovation et la production de nouveaux brevets. L'impact majeur sera la création d'emplois dans l'industrie pour les jeunes étudiants qui auront suivi le cursus de formation ou leur intégration dans un des organismes publiques et privés.

Plasmodium

plasmodiumLe paludisme est une des maladies parasitaires les plus répandues et dévastatrices qui touche près de 300 millions de personnes avec un million de décès par an, principalement les enfants de moins de 5 ans. La moitié de la population mondiale vivante ou voyageant dans les zones endémiques est à risque.

L’objectif de ParaFrap est d’identifier de nouveaux points faibles chez le parasite et le vecteur afin de développer de nouveaux médicaments tels que l’albitiazolium, une nouvelle classe d’antipaludiques développée par un de nos chercheurs et qui est en cours d’étude phase clinique 2 par Sanofi.

Toxoplasmose

toxoplasmoseLa toxoplasmose causée par le parasite Toxoplasma gondii est grave chez les personnes immunodéficientes (SIDA, greffes d'organes et thérapie anti-cancéreuse) et une femme sur deux court le risque d’une séroconversion au cours de sa grossesse.

L’infection est également responsable d’avortements spontanés chez les ovins, donc un problème économique dans les régions d’élevage intensif.

L’objectif de ParaFrap est de renforcer des actions concertées vers la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques, diagnostiques et vaccinales.

Trypanosome

trypanosomeLes trypanosomiases africaines humaines (maladie du sommeil) et animales (Nagana) sévissent dans 40 pays d’Afrique sub-saharienne. On dénombre près d’un million de personnes infectées et la mort de, plus de 50 000 de personnes par an et environ 3 millions de têtes de bétail chaque année occasionnant une perte estimée à 3,7 milliards d’euros.

Le diagnostic actuel de ces maladies n’est pas sensible, ni spécifique et aucun vaccin n’est disponible.

L’objectif de ParaFrap est de développer de nouveaux outils: diagnostique, nouveaux médicaments et vaccins.

Leishmania 

LeishmaniaLes leishmanioses affectent environ 98 pays, 350 millions de personnes à risque, 1,5-2 millions personnes infectées et une mortalité estimée à 59 000 personnes par an.

La forme viscérale cause une anémie, un amaigrissement, endommage la rate, le foie et entraîne la mort par cachexie.

Les stratégies thérapeutiques sont actuellement inefficaces. L’objectif de ParaFrap est de développer de nouveaux médicaments et vaccins.

Entamoeba


entamoebaLe parasite Entamoeba histolytica cause l’amibiase, une maladie infectieuse qui touche près de 50 millions de personnes par an dans les pays en voie de développement avec une émergence dans les pays développés.

Les kystes parasitaires contaminent l’eau, la nourriture et cible l’intestin et le foie en produisant de la dysenterie et des abcès respectivement.

L’objectif de ParaFrap est d’identifier les facteurs de virulence et de physiopathologie afin de mettre au point des outils diagnostiques et des thérapies innovantes.

Theileria

theileriaL’infection parasitaire causée par Theileria annulata affecte mortellement plus de 500 millions de têtes de bétail dans une grande partie de l’Afrique, de l’Europe du Sud et de l’Asie, avec des conséquences économiques et environnementales dramatiques.

À ce jour, les stratégies thérapeutiques sont inefficaces.

L’un des laboratoires de ParaFrap vient de développer le premier vaccin synthétique grâce à l’inactivation d’un facteur métastasique important pour le développement du parasite chez les animaux infectés.